Un des ouvrages majeurs sur la condition des Juifs et l’antisémitisme en France sous Louis XIV.

 

Antisémitisme. Procès de Raphaël Lévy. 1670.

 

[Abraham Nicolas Amelot de La Houssaye]. Abrégé du procès fait aux Juifs de Mets. Avec trois Arrests du Parlement qui les déclarent convaincus de plusieurs Crimes, & particulierement Rahaël [sic] Levi d’avoir enlevé sur le grand chemin de Mets à Boulay, un enfant Chrestien âgé de trois ans : pour reparation de quoy il a esté brûlé vif le 17. Janvier 1670. Paris, Frédéric Leonard, 1670. Petit in 12 de 96 pp. Veau havane, dos à 5 nerfs orné, pièce de Titre en maroquin havane, filet doré sur les coupes, tranches mouchetées de rouge. (Reliure de l’époque).

Bel exemplaire de la rarissime édition originale.

D’après Reinach, ce serait les corporations des marchands chrétiens de Metz qui seraient à l’origine de cette publication violemment antisémite qui relate la condamnation de Raphaël Lévy victime de la fausse accusation de crime rituel, en reprenant tous les clichés accompagnant ordinairement ce type de calomnie : cruautés envers les enfants, crucifix fouetté dans la synagogue, blasphèmes contre le Christ et la Sainte Vierge, profanation d’hosties, et autres accusations (usures, « pilleries », tromperies et trafics divers). Le turinois R. Jonas Salvador du Pignerol et l’oratorien Richard Simon prirent la défense des Juifs incriminés et jetés en prison, trop tard cependant pour sauver Raphaël Lévy qui, malgré les effroyables tortures auxquelles il est soumis, continue de proclamer son innocence et la fidélité à sa foi ; il sera brûlé vif.

Antisémitisme. Procès de Raphaël Lévy. 1670.

Depuis le jour de l’exécution, les juifs de Metz prirent la pieuse coutume de jeûner au jour de l’anniversaire de sa mort, et pour le glorifier, ils l’ont appelé le « Rabbi et le Saint ». L’abbé Grégoire dans son ouvrage sur la « régénération des juifs… » parle encore de cette coutume qu’il avait constatée encore en 1788. Et le village de Glatigny, lieu du crime, a été déclaré gessaert (maudit), aucun juif ne devant y passer la nuit ; cette  interdiction était encore respectée de nos jours jusqu’à la réhabilitation de  Raphaël Lévy en 2011, 344 ans après sa condamnation, et la levée symbolique du décret rabbinique.  

Barbier, I, 42, f, d’après le Père Lelong ; Szajkowski, 1418 ; Joseph Reinach : Erreur judiciaire sous Louis XIV (Essais de politique et d’histoire), Paris, Stock 1899 ; Grand rabbin Nathan Netter, Vingt Siècles d’Histoire d’une Communauté juive (Metz et son grand passé), Paris, Librairie Lipschutz, 1938, pp. 60-67.

Discrète restauration à la coiffe de tête, ressaut du cahier D. Excellentes conditions cependant. De la plus insigne rareté.

8 000 €