Rare Atlas Tanner de 1844

 

Henry Schenck Tanner. A New Universal Atlas, containing Maps of the various Empires, Kingdoms, States and Republics of the World. With a special map of each of the United States, plans of cities, &c. Comprehended in seventy sheets and forming a series of one hundred and seventeen maps, plans and sections. Philadelphia, Carey & Hart, 1844. In-folio de 2 feuillets blancs, frontispice, titre gravé, [4] pp. (notice et table), 72 planches [dont le frontispice] gravées et finement aquarellées (conforme à la table des planches), 2 feuillets blancs. Reliure d’éditeur en demi-basane maroquinée fauve à coins, dos long orné de filets dorés, plats en toile terre de sienne avec le titre doré « Tanner’s universal atlas » daté 1845 au centre du plat supérieur.                                             

Rare atlas américain, complet de ses planches finement gravées et aquarellées. Précieuse et élégante édition soigneusement et entièrement revue, « greatly improved beyond any that has preceded it . A great amount of interesting matter has been added to nearly every part of it, particulary in the geography of our own country, thus rendering it, by the accuracy of  the information contained in the Universal Atlas, the distinctness of the Engraving and the splendour of the Colouring, the most elegant and complete work of the kind that has yet appeared in the United States, and greatly superior in its representations of American Geography, to any similar production published elsewhere », comme le précise la notice des éditeurs, datées de Philadelphie, 25 septembre 1844. Tanner avait publié son New Universal Atlas en 1836, 1839 et 1842, quand il vendit les planches à Carey et Hart en 1843 (date de la Mappemonde de notre atlas). Il s’agit ici de la première édition sous leur nom de cet atlas, qui sera suivie d’une seconde en 1845, dans un encadrement différent. Les deux associés revendront à S. A. Mitchell en 1846, après la mort de Carey le 16 juin de cette année. La publication se poursuivra sous divers éditeurs jusqu’en 1859 par Cushing et Bailey, un an après la mort de Tanner, mettant un terme au « Golden Age of American Map Publishing ».

Atlas Tanner 1844

« Tanner a été une figure de proue dans l’établissement de la cartographie commerciale en Amérique et a apporté l’atlas comme une forme cartographique à maturité précoce au cours de l’âge d’or de la gravure sur cuivre américaine. Il combine les compétences d’un géographe avec celles d’un éditeur et d’un graveur pour créer des cartes faisant autorité pendant une période de croissance sans précédent de la connaissance topographique de l’Amérique du Nord. Il a représenté l’émergence dans le monde des éditeurs américains de cartes spécialisées, et il a placé la compilation de cartes et la conception d’atlas sur une base scientifique nouvelle, introduisant des échelles uniformes de cartes dans les atlas et la documentation des sources employées. Il a renforcé de façon décisive le bref élan que Melish avait donné à l’essor de l’édition cartographique américaine et a établi des normes que les éditeurs plus tard ont prises pour acquis » (Michael P. Conzen).

Atlas Tanner 1844 Table des cartes

Des planches, toutes gravées, 25 sont anonymes, les autres le sont par J. & W. W. Warr (18), J. Knight (8 et le titre d’après Humphrys), Humphrys (frontispice, n° 72), E. B. Dawson (7), W. Brose (7), F. Dankworth (3), E. Gillingham, G. W. Boyton et W. Haviland.  

Le frontispice, gravé par Humphrys, représente la longueur des principaux cours d’eaux et la hauteur des principaux sommets dans le monde.

Tanner Atlas 1844

Les cartes des états américains constituent un précieux témoignage sur la constitution progressive des Etats-Unis d’Amérique, conquête civilisatrice des territoires sauvages et de leurs populations indigènes à l’ombre et au nom de la croix, comme représenté au titre lors du débarquement de Christophe Colomb. Elles présentent un outre un plan des principales villes de l’époque (Boston, Charleston, Nashville, New Haven, Cincinnati, Nouvelle-Orléans, Baltimore,  New-York, Philadelphie et Washington (avec le plan du Capitole), ces trois derniers pleine page ; certains états sont représentés avec leurs canaux, routes, distances, etc. (tels New-York, Pennsylvanie, Virginie), la Caroline du Nord est représentée avec le plan de la « Gold Region » ; enfin, le Wisconsin et l’Iowa le sont avec les terres indiennes  (Sioux, Sauks, Iowas etc.).  A noter que le Texas est représenté comme république indépendante, et non encore comme état de l’Union.

Avec envoi au « P[rofessor] Challet Vénel de la part de son très affectionné élève Nathaniel Prime ». Jean-Jacques Challet-Venel (1811-1893), homme politique suisse, membre du Parti radical-démocratique fut bourgeois de Genève et conseiller fédéral de 1864 à 1872.

Professeur de français au pensionnat Venel à Champel (commune de Genève), il en devient le directeur après son mariage en 1839 avec la fille du fondateur de l’établissement, le géographe et cartographe Jean-François Venel (1780-1855). Cofondateur et premier président du Cercle national (1851) hostile à James Fazy, Challet-Vénel entre au Grand Conseil genevois en 1854. S’étant rallié au parti radical de Fazy, il est élu au Conseil national en 1857. Il accède l’année suivante au Conseil d’Etat (Département militaire, puis des finances). En 1864, il devient le premier conseiller fédéral genevois, élu après six tours de scrutin, en remplacement du Tessinois Giovan Battista Pioda, nommé ministre à Florence. De 1864 à 1867 et en 1869, il dirige le Département des finances fédérales. Sa gestion rigoureuse et prévoyante lui vaut de beaux succès ― notamment un emprunt de douze millions réalisé à des conditions très avantageuses ―, bien qu’il se soit toujours refusé, en fédéraliste sourcilleux, à empiéter sur les recettes fiscales des cantons. Comme chef du Département des postes (en 1868, puis en 1871-1872), il est à l’origine de la création de l’Union postale universelle (1874). Sa non-réélection en décembre 1872, au profit du conseiller national neuchâtelois Eugène Borel, est due en grande partie à son opposition au projet de révision totale de la Constitution fédérale jugé trop centraliste. Rentré dans son canton, il est actif dans les milieux économiques et préside la Chambre de commerce de Genève de 1885 à sa mort.

Atlas Tanner 1844 Vénel

Le pensionnat Venel fut réputé ; il compta comme élève en 1834, Napoléon Camerata, petit-fils d’Elisa Bonaparte, sœur de Napoléon Ier, et, l’année suivante, le prince Louis-Napoléon, fils de Jérôme, roi de Westphalie, futur Napoléon III ; Nathaniel Prime étudia probablement lui aussi dans cette institution, et adressa le fameux atlas de son pays au gendre du géographe et cartographe réputé. Il s’agit peut-être de Nathaniel Prime, capitaine de la marine américaine commandant le 17e contingent d’infanterie américaine, qui a reçu la reddition du célèbre lieutenant de marine confédéré Charles Read, surnommé « le loup des mers de la Confédération ». 

Un schéma a été tracé au crayon gris au verso de la carte d’Amérique du sud (38), quelques tracés ont été discrètement surlignés sur la carte de France (47), quelques mots illisibles ont été écrits au crayon au bas de la carte de l’Allemagne (50) et la tour Eiffel a été facétieusement dessinée au crayon sur la carte des montagnes les plus élevées dans le monde, entre les pyramides et le mont Sainte-Hélène représenté avec la petite maison de Longwood, dernière demeure de Napoléon Ier !

Mouillure aux feuillets blancs, déchirure restaurée au titre, quelques rousseurs et salissures marginales sans gravité, quelques très rares taches d’encre sans atteinte aux cartes. Bel et rare atlas.

Atlas tanner 1844

 10 000 €