Correspondance inédite d’Henry MILLER à son éditeur Edmond BUCHET (1952-1969)

 

Henry Miller (1891-1980). 71 documents (62 en français, avec parfois quelques phrases en anglais, et 9 en anglais). La Californie (Big Sur puis Pacific Palisades), Monte-Carlo (5), La Ciotat (chez Michel Simon) (4), Vienne (chez Albert Maillé) (4), Montpellier (2), Sommières (1), Cannes (1), Formentor (Majorque) (2) et Berlin (1), 9 avril 1952-1er novembre 1969, à Edmond Buchet, aux éditions Corrêa ou au Vésinet (certaines à Edmond et Mousse, son épouse, ainsi que, à Mousse seule, une carte et une lettre d’Henry et une lettre autographe signée d’Eve). Soit 68 d’Henry Miller (52 lettres autographes signées, 13 cartes postales ou cartes lettres autographes signées, 2 lettres tapuscrites signées et 1 article avec annotations autographes), 3 de son épouse Eve (2 lettres tapuscrites rédigées à la place d’Henry et 1 lettre manuscrite signée adressée à Mousse).

Miller à Buchet. Correspondance inédite.

Avec l’exemplaire de Plexus portant un long et magnifique envoi de l’auteur à Edmond et Mousse Buchet.

Miller envoi Plexus à Buchet.

Belle et intéressante correspondance inédite d’Henry Miller à son éditeur Edmond Buchet (1902-1997) qui avait repris dans les années 1930, avec Jean Chastel, les Éditions Corrêa, fondées au début des années 1920, devenues par la suite Buchet/Chastel. Il en a été le dirigeant et l’éditeur de 1935 à 1969. Il découvrit entre autres Lawrence Durrell et Henry Miller dont la publication du Monde du Sexe puis surtout de Plexus initia une longue et fidèle production éditoriale. L’écrivain, en compagnie de son épouse Eve, avait séjourné chez les Buchet, au Vésinet du 10 au 23 janvier 1953, puis brièvement, en 1959, 1960 et 1962, nouant ainsi une confiance et une amitié durable ; Edmond Buchet lui consacrera de nombreuses pages dans Les Auteurs de ma vie ou ma vie d’éditeur, paru en 1969.

Miller évoque particulièrement ses œuvres, de l’écriture à la publication, ses difficultés matérielles et ses tractations souvent difficiles avec ses éditeurs, mais aussi ses coups de cœur littéraires et ses goûts artistiques, sa vie de famille, ses amitiés, Big Sur son paradis, ses voyages, etc.

Il y est notamment question de la publication de Plexus, de l’avancement difficile de Nexus et de la suite que Miller envisageait, des poursuites judiciaires à l’encontre de ses œuvres, de leurs publications en Italie, en Autriche, en Allemagne et au Japon ; La Crucifixion en rose y est bien sûr abondamment abordée, mais également Le Monde du sexe, The Smile at the foot of the Ladder et sa traduction en français, Hamlet, The Books in my Life, Tropique du Cancer et nombre d’autres œuvres, telles Aller-Retour New York, Semblance of a Devoted Past, Big Sur and the Oranges of Hieronymous Bosch ainsi que ses écrits passés et actuels (Maurizius forever, Patchen, man of Anger & Light, The Waters Reglitterized, Draco and the Ecliptique, Semblance of a Devoted Past, The Air-conditioned nightmare, Remember to Remember (Souvenir Souvenirs), Le Colosse de Maroussi, The Happy Rock, The Children of the Earth, The Absolute Collective, Printemps noir, Souvenirs d’Espagne, Anthologie des Ecrivains Célèbres [sur Whitman], Un Diable au paradis, Art and Outrage, Just Wild about Harry, Watercolours, Drawings & His Essay « The Angel is My Watermark », Peindre, c’est aimer à nouveau), ses préfaces (Quest de Dibbern, If a Man Be Mad de Walker Winslow-Harold Maine [pseudonyme], Je suis Jonathan Scrivener de C. Houghton, My Friend Henry Miller de Perlès et Justine de Durrell), ainsi que sa Correspondance privée avec Lawrence Durrell.

Tout au long de ses lettres, on croise Maurice Nadeau, critique littéraire et directeur chez Buchet de la collection « Le Chemin de la vie », les éditeurs et leurs collaborateurs tels Gallimard, Seghers, Laffont, Girodias, Tosi, Mondadori, Ben Porter, J. Bradley, J. Laughlin, G. Schoeller ou Ledig-Rowolht, son traducteur G. Belmont, ses amis du monde des arts : les peintres F. Léger, Utrillo, Schatz, Vlaminck, R. Dietrich-Grunewald, le photographe Brassaï, le pianiste virtuose J. Gimpel, le compositeur A. Bibalo, le producteur de cinéma Joe Levine, le réalisateur F. Truffaut, l’acteur M. Simon et le professeur de médecine J. Bernard. Bien entendu, ses amitiés littéraires sont très présentes : Queneau, Breton, Fraenkel, Perlès, Huntington Cairns, Constantin et Georges Katsimbalis, Cendrars, Dibbern, Caplain, Claude Houghton, Albert Paraz, Emil White, Gutkind, P. Lesdain, A. Maillet, F. Rude, Fontbrune, Durrell, Winslow, Rink, Kenney, Pachoutinsky, Joseph Delteil, Delourme, Denat, Robitaille,  Birmann de Relles, Barret, Doner, Greville Healey, Magnin, Claude Durrell, Lambilliotte, Wickes, D. Aury, Ionesco, J. Ciardi ; enfin, Miller évoque pêle-mêle D. H. Lawrence, Dujardin, Watts, O. Aubry, Whitman, Jourdain, T. Bernard, Huei, Bates, R. Kanters, Däniken, C. Potok, Beethoven, Schumann, Nijinsky, Picasso, Nostradamus, Voltaire, Rousseau, Stendhal, Genevoix, Giono, Moréas, Dickens, Joyce, Napoléon et même De Gaulle.

Correspondance détaillée sur demande.

Miller à Buchet. Correspondance inédite.

Exceptionnelle correspondance.

38 000 €