La main en plâtre de Juliette Drouet par Charles Simon Pradier

Juliette Drouet main en plâtre

 

Juliette Drouet main en plâtre par Pradier

Juliette Drouet main en plâtre par Pradier

 

[Charles Simon Pradier (1783-1847), graveur suisse]. Moulage de la main de Juliette Drouet. Plâtre. Dimensions 25 x 10 x 5 cm. Avec mention manuscrite à l’encre sur le socle « moulage d’une main de Juliette Drouet » et étiquette contrecollée indiquant que ce plâtre fut présenté à l’ « Exposition Universelle de San Francisco – section française – salon du Romantisme 1915 ».

Juliette Drouet main en plâtre par Pradier

Belle main droite de la maitresse de Victor Hugo, alors âgée de 20 ans.

Si le sculpteur James Pradier rencontre et devient l’amant de Juliette Drouet (1806-1883) en 1825 c’est, de tradition, à son frère graveur Charles Simon que cette main en plâtre est attribuée. La littérature sur James Pradier ne mentionne aucune représentation de l’actrice par le sculpteur genevois alors qu’il est fait mention d’une main en marbre sculptée par le graveur.  

Un marbre blanc de cette main, conservé à la Bibliothèque Patrimoniale Romain Gary de Nice, porte au dos un mot manuscrit du donateur Louis Guimbaud qui précise avoir possédé un moulage en plâtre de la main de Juliette Drouet acquis en 1912 du petit neveu de l’actrice, André Koch. Comme ce moulage avait beaucoup souffert de la poussière, il avait accepté de l’échanger en 1920 contre cette copie en marbre blanc.  

La section française et son Salon du romantisme de l’Exposition Universelle de San Francisco, en 1915, visait à recréer l’ambiance d’un salon littéraire parisien du XIXe siècle. Un courrier du 6 janvier 1915, à l’entête de cette manifestation, signé du délégué au commissariat général, M. Funck Brentano, précise que Louis Guimbaud propose pour cet évènement une pendule appartenant à l’écrivain, un buste en plâtre de Juliette Drouet par Victor Vilain, une main en plâtre de Victor Hugo réalisée par moulage en 1883, un autographe de celui-ci et une prière dictée par lui à sa compagne. La main en plâtre de Juliette Drouet devait très certainement faire partie de l’ensemble, comme l’indique l’étiquette d’Exposition apposée au dos.     

Juliette Drouet main en plâtre par Pradier

Voir Claude Lapaire, James Pradier et la sculpture française de la génération romantique, 5 continents Editions, Milan, 2010 ; Description d’une pendule ayant appartenu à V. Hugo et J. Drouet et présentée à l’Exposition Universelle de San Francisco en 1915, vente Limoges-enchères, 30 novembre 2021, n° 102 du catalogue.

Petit manque au socle sans gravité ni atteinte à la main. Petite attache métallique au socle incluse dans le plâtre.

Émouvante et splendide pièce.

Juliette Drouet

3 000 €